Les normes de Sécurité en Kitesurf

Les normes de Sécurité en Kitesurf

S’il est bien un sport dont on oublie qu’il est soumis à certaines normes de sécurité, c’est le kitesurf !

Il nous semblait donc important de (re)faire un point sur les pratiques DO et DON’T à avoir lors de la pratique du kitesurf en toute sécurité, que l’on soit kitesurfer averti ou débutant total.

Les Normes de sécurité en Atlantique et en Méditerranée

Ca peut paraître bizarre comme ça, mais en fait, chaque préfecture maritime émet ses propres décrets concernant la pratique ou plutôt la bonne pratique des sports nautiques en général, et du kitesurf en particulier. Du coup, on a droit à deux textes de loi inhérents aux zones géographiques décrites que sont le littoral atlantique et le littoral méditerranéen. Alors, on vous voit venir, et peut-être penser qu’il y a une côte plus privilégiée que l’autre quant à la pratique du kitesurf, et bien non, grossière erreur, les 2 décrets reprennent dans leur ensemble les closes admises, et finalement c’est quand même un peu normal tout ça.

La limitation de vitesse et de distance

Partant du principe que le kitesurf, tout comme le windsurf d’ailleurs, répondent aux critères appliqués aux engins navigants puisque aérotractés, il vous faudra impérativement:

  • Observer la Limite de navigation en distance fixée à 2 milles nautiques de la côte, soit une distance du rivage de 3,704 km grand max, et là c’est clair, on ne vous verra plus très bien depuis le bord 😉
  • Ne pas naviguer en deçà de la zone des 300 mètres sur des plages qui ne sont pas réservées à ces pratiques sportives
  • Respecter la vitesse limitée à 5 nœuds dans la zone côtière des 300 mètres, pour sortir de celle-ci, sauf tolérance dans les chenaux réservés.

Donc, si l’on part du principe que l’on ne va pas aller attaquer le cachalot en twintip, on pourrait penser que l’on ne va pas forcément aller goûter la température de l’eau au grand large… Pareil, c’est toujours plus cool de naviguer entre potes sur les zones de kite, ne serait-ce que pour être ensemble entre pratiquants parler matos et s’entraider pour le décollage / réception de l’aile sur le sable. Ceci étant, on oublie régulièrement que l’on va vite, très vite en kitesurf, même si on n’a pas concouru aux championnats de vitesse, et que cette réalité est encore plus vraie avec la pratique du foil. On peut finalement être amené à s’éloigner plus que de raison du bord, à s’y méprendre…

De même, selon les zones de pratiques, certaines zones dites « sauvages » ou mixtes sont en réalité normalisées pour les baigneurs en périodes estivales. Ainsi, vous pourrez aisément pratiquer dans la zone des 300 mètres en zone non sécurisée, tout comme les plages désertes pendant l’hiver. Cependant pensez à vous rapprocher des instances pour connaître les dates durant lesquelles vous ne pourrez pas naviguer. Et là, chaque département peut valider son propre choix, même si la plupart du temps sur ces zones là, il est interdit de naviguer du 15 juin au 15 septembre après 10 heures du matin et avant 18h00 le soir…

Avoir le bon équipement de sécurité en kitesurf validé norme AFNOR

C’est à dire que là, on ne rigole plus, il va falloir regarder d’un peu plus près les gilets de sauvetage, les gilets d’aide à la flottabilité, les signaux de détresse, tout ça, tout ça…

Regardons donc d’un peu plus près les gilets d’aide à la flottaison. Au niveau des normes de sécurité obligatoires en kitesurf, tous les gilets de sauvetage doivent être agréés CE et la norme être apposée sur l’étiquette. Cela garantit que le gilet a rempli toutes les conditions de test imposées par les normes européennes et a été approuvé par les autorités compétentes.

Il existe 4 niveaux d’homologation permettant de mesurer l’efficacité d’un gilet en Europe : 50 Newtons / 100 Newtons / 150 Newtons / 275 Newtons. Pour ce qui concerne le kitesurf et le windsurf, le focus est fait sur le port d’un gilet répondant à la norme des 50 Newtons. L’un des principaux critères pour cette homologation est l’efficacité de la flottabilité des gilets. Ainsi, un gilet estampillé 50 N signifie qu’il aide à la flottabilité à hauteur de 50 Newton. Plus un gilet possède un indice de flottabilité élevé, plus il est efficace #CQFD.

A noter qu’en-dessous de 100 Newtons on est sur un gilet d’aide à la flottabilité; Au-dessus ou égal à 100 Newtons on sera en présence d’un gilet de sauvetage. Pour info, l’utilisation d’un gilet aux normes pour 50 Newtons sera fait pour une navigation en eau tranquille ou à proximité d’un poste de secours, n’assurera pas le retournement; assurera le maintien hors de l’eau des voies respiratoires pour une personne consciente.

Les gilets d’aide à la flottabilité et de sauvetage ont une durée de vie limitée, les stocker de préférence dans un endroit sec et à l’abri de la lumière. Tout comme les vestes de quart ou les combinaisons de plongée, rincez systématiquement à l’eau douce après utilisation. Le gilet gagnera en durée de vie et ne perdra pas ses qualités. N’hésitez-pas à vérifier votre gilet avant utilisation, tel sur un casque de moto, la moindre détérioration peut se révéler fatale. Ne pas hésiter à se le faire vérifier par une autre personne.

Les normes de Sécurité en Kitesurf et le gilet d'aide à la flottabilité

 Attention: la pratique du kitesurf et du windsurf en toute sécurité est précisée dans les textes comme étant une pratique diurne ! Qui avait l’idée de faire un bain de minuit en strapless ?

Ce n’est pas tout, il vous faudra également un moyen de repérage lumineux individuel étanche (ayant une autonomie d’au moins 6 heures, de type lampe flash, lampe torche ou cyalume, à condition que ce dispositif soit assujetti à chaque équipement individuel de flottabilité). Donc, vous l’aurez compris, c’est plutôt pas évident de naviguer une main sur la barre, une main prête à dégainer le dispositif du gilet d’aide à la flottabilité, ET une troisième main tenant une lampe torche (comment ça, tout le monde n’a pas de troisième main ???). Alors, on reste zen, les bandes réfléchissantes, si celles-ci sont en haut du dit gilet font l’affaire, oh yeah !

Avoir du bon sens en navigation

 La sécurité en kitesurf n’est pas uniquement balisée par les normes obligatoires des différents décrets maritimes en présence. Par ailleurs, la connaissance des règles de priorité de base en milieu nautique semble être le minimum requis pour la pratique. D’ailleurs, l’ensemble des écoles de kitesurf (et on l’espère aussi pour le windsurf) notifient ces mêmes règles en distribuant à chaque élève et futur pratiquant sur une fiche à apprendre par coeur (naan, j’déconne… mais si en fait !).

On vous la met ici, et comme vous pourrez le constater, les règles de navigation étant internationales, elles s’appliquent partout, partout, partout !!! 😉

regles-de-navigation-en-kitesurf

Les DO pour une navigation safe en kitesurf:

  • Prendre une assurance / licence / Responsabilité Civile: rien de pire que de vois son matos éclaté le second jour de ses vacances sans pouvoir se retourner… et prendre conscience que malheureusement beaucoup ne le sont pas (assurés)
  • Connaître son matériel de sécurité et le vérifier régulièrement
  • Naviguer avec son équipement de sécurité (gilet d’aide à la flottabilité et/ou combinaison Néoprène, casque, coupe fils…)
  • Vérifier que les zones de pratique et de décollage sont validées et écartées de tout danger potentiel
  • Naviguer à plusieurs
  • Valider que l’usage de votre matériel de kitesurf est en cohérence avec votre niveau et la météo annoncée

Les DON’T pour une navigation safe en kitesurf:

  • Naviguer seul
  • Naviguer par temps orageux, en condition météorologique de vent off-shore (ou vent de terre)
  • Ne pas connaître les principes de base des règles de navigation

En tout état de cause, pour une pratique du kitesurf en sécurité soufflez un bon coup, soyez souple et restez humble ! Vous êtes prioritaire et la personne face à vous ne maîtrise apparemment pas son engin, soyez sport, laissez-la passer. Pareil, même les champions du monde ont leur moment de faiblesse… et vous n’êtes peut-être pas encore champion du Monde 😉

Allez, à + on file vérifier notre équipement de sécu !

regles-de-navigation-en-kitesurf Les normes de Sécurité en Kitesurf

2 réponses à “Les normes de Sécurité en Kitesurf

  1. Salut,

    Le port du gilet peut être remplacé par une combi Néoprène ou un top Néoprène a condition qu’il recouvre le thorax et…..l’abdomen je crois. Source qui provient de la gendarmerie maritime du grau de roi.

    1. Salut Jérôme,
      c’est tout à fait ça, on peut effectivement pallier le port d’un système d’aide à la flottabilité de 50N par une « combinaison de protection » est obligatoire au-delà de la zone des 300 mètres, sans qu’il y ait fait mention claire du fait que cela devait être une intégrale ou une shorty comme suit: « combinaison humide en néoprène ou sèche assurant au minimum une protection du torse et de l’abdomen, une flottabilité positive et une protection thermique »
      Du coup, on en parle à la fin de l’article sans trop s’y pencher dessus…Par contre pour ce qui est d’un seul top Néo, on trouve ça moins clair au vu des textes de loi 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Support